Le fanage des Chaux
Estavannes
Titre

 

Le fanage des Chaux d’Estavannens

 

 

 

 

 

Depuis des temps immémoriaux, les gens d’Estavannens ont fané aux Chaux d’Estavannens. Ces travaux ont perduré jusqu’en 1966. Les Chaux faisaient partie du patrimoine des familles terriennes du village et qui possédaient une ou plusieurs vaches. Il y avait la Chaux à Jean Caille, celle à Félicien Jaquet, celle à Mélanie, celle à Jules Grandjean, celle aux Jordan, celle à Eugène Jaquet, à Charles à Constant, etc. Au total, il y avait quelque 200 poses, divisées en 42 parcelles, plus ou moins grandes.

En principe le fanage était effectué tous les deux ans. Certaines Chaux étaient fanées les années pairs et les autres les années impairs. Si la récolte des foins était suffisante en plaine, on pouvait renoncer à travailler les Chaux. On les mettait alors en location pour l’année en cours, par simple contrat verbal, pour une cinquantaine de francs de l’époque. Si, par contre le foin de la plaine était rare, on fanait tout de même les Chaux, les années où elles auraient été normalement laissées en herbe.

Ce travail débutait normalement après la « Madeleine », c’est-à-dire au lendemain de la fête patronale de Ste-Marie-Madeleine. A cette époque, la fête avait lieu le jour du 22 juillet et n’était pas encore renvoyée au dimanche suivant.

Les hommes, lourdement chargés, partaient du village vers 4 h. du matin. Après une courte prière à la chapelle du Dah, ils gravissaient « La Routze » un chemin étroit et tortueux de 26 virages, pour arriver aux pieds des Chaux, après une montée de 2 heures et demie. Ils grimpaient la forte pente de la Chaux à faner et commençaient le fauchage. Ils fauchaient légèrement oblique, le pied aval étant équipé d’un sabot spécial à semelle oblique et cloutée. Pour faire un andin sur la plus grande Chaux, en dessous de la « Sciernes-aux-Bœufs », il fallait compter 20 minutes. Puis ils retournaient sur leurs pas, sans enlever le sabot spécial et fauchaient l’andin suivant. Le fauchage durait de 2 à 3 jours, selon la surface de la Chaux. Les hommes dormaient dans les chalets avoisinants, surtout au « Rapes-Dessus » et au « Plan-du-chalet », avec les gardes-génisses..

Pour « taper » les faux, on avait amené une petite enclume que l’on fixait à une racine ou à une grosse pierre.

Lorsque le foin était sec et prêt à être râtelé, on faisait des signaux de fumée ou l’on étendait un drap blanc sur la pente. C’était le signal qu’attendaient les femmes du village pour rejoindre les hommes. Au nombre de 3 à 4, elles apportaient du cacao dans une boille, du pain, du fromage, du lard… bien sûr… pour les « medze-bakon »  (les mangeurs de lard = sobriquets des stabadins).

On n’utilisait pas de fourches car la pente rendait cet outil dangereux. A l’aide du râteau, on entassait le foin sur des sortes de traîneaux faits de « vérochi » attachés ensemble (des vernes ou aulnes verts). On appelait cet étrange véhicule des « piètes » en patois, que l’on pourrait traduire par « des plates ». Lorsque la hauteur de la « piète » était suffisante, on en appondait une nouvelle derrière, puis une troisième, etc  Lorsque le « train » de « piète » était prêt, on le descendait tout au fond de la Chaux. Si on ne pouvait pas tout râteler d’une journée, les femmes n’avaient pas le droit de dormir avec les hommes dans les chalets. Elles descendaient dormir au village et devaient  remonter le lendemain matin, avec du ravitaillement. Puritanisme oblige… 

Lorsque toutes les « piète » avaient été amenées au fond de la Chaux, on en faisait une meule, à un endroit favorable. Le « nid » de la meule, c’est-à-dire le fond était constitué de lattes croisées et de branches afin de protéger le foin de l’humidité du sol. On appelait ce travail « fére on chéro ». Souvent, on clôturait tout autour avec du fil de fer barbelé pour protéger la meule des chamois et des chevreuils.

Après la désalpe, les gens du village remontaient aux Chaux, démontaient la meule et transportaient le foin dans les chalets maintenant libérés.  Le poids d’un « filard » se situait entre 60 et 80 kg selon la forme du porteur. Le trajet avec la Chaux la plus éloignée durait presque une heure. Les bonnes années, le total des « filards » récoltés sur l’ensemble des Chaux était d’environ 600, soit quelque 42 tonnes.

L’hiver venu, lorsque les conditions d’enneigement étaient favorables, les gens remontaient dans les chalets, faisaient à nouveau des « filards » de foin, les attachaient par “train” de 5 fillards et  dévalaient la « Routze » à vive allure. A ma connaissance, il n’y  eu jamais de graves accidents. On pouvait effectuer au maximum 2 voyages par journée. Depuis la cascasde, on plaçait les fillards sur des luges “à potzons” et on les ramenait dans les granges du village.

Ce foin était donné au bétail après l’abreuvage à la fontaine, mais il était mélangé avec du foin de plaine, car le seul foin des Chaux aurait provoqué des problèmes de digestion. Ne me demandez pas pourquoi…

Ces propos ont été recueillis le 5 juillet 2005, par Jean Pharisa, auprès de Louis Jaquet,
âgé de 82 ans, ancien agriculteur et ancien secrétaire communal

En juin 1983, pour illustrer une thèse universitaire en ethnologie de Mme Catherine Darnaud-Frey (elle s’était chargée de trouver les fr. 50’000.- nécessaires), des cinéastes professionnels ont tourné un film en 16 mm, immortalisant ainsi cette tradition séculaire aujourd’hui disparue. Les acteurs étaient tous des gens d’Estavannens. Les trois cinéastes suisses alémaniques étaient : Markus Baumann, Kilian Bühlmann et Félix Hochuli. Ce film a été projeté entre autres à l’église d’Estavannens lors de la Fête de la Poya 1989. La thèse, présentée à l’université de Berne, était intitulée : “L’évolution socio-économique d’Estavannens, depuis le début du siècle”.

 

 

 

 

 

 

Cliquer sur les vignettes ci-dessous pour les agrandir

 

 

Petite prière à la chapelle du Dah avant la montée

Lourdement chargés, on gravit la pente

 

 

On arrive aux pieds des Chaux...

Les faucheurs...

 

 

Les râteleuses...

La construction de la “piète”

 

 

La meule est terminée

Ah ! Que ça fait du bien !

 

 

Prise en charge d’un filard...

...et encore d’un autre

 

 

Les porteurs de “filards”

On va pouvoir se soulager près du chalet

 

 

Eugène Jaquet et ses “filards”

Raphaël Jaquet et son équipement

 

 

L’hiver venu, le départ avec les luges “à potzons”

Le foin est sorti des chalets

 

 

La préparation des traîneaux

 

 

La descente vers le village

 

 

Toutes les photos ci-dessus ont été tirées par des participants d’Estavannens lors du  tournage du film.
L’album de photos a été prêté par Gérard Jaquet, président de paroisse (acteur dans le film, en hiver)
mais le photographe qui a réalisé l’album est Edmond Caille, l’homme aiguisant sa faux.
Qu’ils soient tous deux  chaleureusement remerciés pour la mise à disposition de ces clichés

 

 

Fénâdzo : ouna chenanna pè lè Tzo d’Ehavanin

Fanage : une semaine par les Chaux d’Estavannens


Texte de Maurice Caille  (1907 - 1997)

(document prêté par Edmond Caille, son fils)
 

Médaille faneurs des Chaux

Médaille faneurs des Chaux


Texte original en patois gruérien


Traduction par Jean Pharisa, octobre 2017

Fichiers  PDF
Cliquer dans l’une des vignettes ci-dessus

 

 

 

de l'enfer au Paradis

De “L’Enfer” au “Paradis” : image tirée de la page 36 du site internet
http://www.unige.ch/iufe/didactsciensoc/recherche/projetencours/publications/RevolAgrairePlateauPrealpes.pdf
Entre 1500 et 1907 m d’altitude avec une pente de 40 %

Photos numériques d’un plan tiré  des archives communales d’Estavannens
Un même dossier se trouve aux archives de l’Etat de Fribourg
Ces plans ont été levés en 1745

Plans géométrique de 1745_LesChaux_A
Plans géométrique de 1745_LesChaux_B

 

 

21 septembre 1901

La journée tout à fait spéciale d’Isidore Niquille

syndic et député de Charmey

par Pierre-Philippe Bugnard, historien et prof. émérite de l’Université de Fribourg

Un livre avec 114 images et 12’000 signes, espaces comris, au début de 2019

 

 

Mail3
lecteur_livre
élections_votations

Message envoyé à Jean Pharisa
le 3 octobre 2017

Passage où il est question
du fanage des Chaux d’Estavannens

Son passage à Estavannens
en vue des élections de 1901

 

 

A la fin du document , il y a les 4 photos, dont les textes explicatifs sont en rouge.
Elles sont tirées du présent site Internet et figurent ci-dessus

 

 

 

 

Flèche-Haut

 

Haut de la page